Diable de Tasmanie

Le diable de Tasmanie est un prédateur marsupial appartenant à la famille des dasyuridés. Plus grand prédateur marsupial depuis la disparition du tigre de Tasmanie, il est très connu, notamment de par le personnage de dessin animé de Disney. On ne le trouve plus qu’en Tasmanie, ayant disparu d’Australie depuis plusieurs milliers d’années. Il s’est adapté à différents habitats, mais vit à l’origine dans les forêts sèches et les prairies boisées. Il se nourrit de nombreux aliments, notamment de toute sorte d’animaux ainsi que de certains végétaux.

Malheureusement, cet animal a été au bord de l’extinction plusieurs fois et est encore aujourd’hui en grand danger. Il figure d’ailleurs sur la liste rouge des espèces en voie de disparition, menacée par la chasse et l’introduction de prédateurs.

 

Classification scientifique du diable de Tasmanie

  • Règne : Animal
  • Embranchement/sous-embranchement : Chordé vertébré
  • Classe : Mammifère marsupial
  • Ordre : Dasyuromorphe
  • Famille : Dasyuridé
  • Genre : Sarcophilus
  • Espèce : harrisii
  • Nom scientifique : Sarcophilus harrisii

 

Espèces/sous-espèces de diables de Tasmanie

On ne distingue aucune sous-espèce de diable de Tasmanie.

 

Caractéristiques physiques du diable de Tasmanie

Taille

  • Longueur : mâles : 65 cm / femelle : 57 cm
  • Queue : 22 à 27 cm

Poids

  • Femelle : 6 kg
  • Mâle : 8 kg

Best Tasmanian Devils Tasmania Stock Photos, Pictures & Royalty ...

Morphologie et apparence

Le diable de Tasmanie ressemble à un gros rat de la taille d’un chien. Il possède un corps trapu, des pattes assez courtes mais puissantes, une assez longue queue épaisse ainsi qu’une grande tête avec un museau pointu. Ses petits yeux sont noirs. Sa mâchoire est puissante et sertie de crocs pointus, notamment des grandes canines aiguisées. Comme tous les marsupiaux, il possède une poche ventrale qui lui permet de porter ses petits.

Son pelage est assez épais, et les poils de sa fourrure sont noirs sur pratiquement tout le corps. Il possède également quelque petites taches blanches.

 

Performances physiques du diable de Tasmanie

Vitesse de pointe

Le diable de Tasmanie peut faire des pointes à près de 25 km/h.

 

Habitat du diable de Tasmanie

Régions

Océanie : Tasmanie (il en est endémique)

Biotope

Le diable de Tasmanie vit dans de nombreuses zones, notamment les régions urbaines. On le trouve cependant principalement dans les zones boisées, les forêts sèches et les plaines herbues.

Australia's native dog, the dingo

Évolution de son habitat

Diverses zones de l’habitat naturel du diable de Tasmanie sont en danger à cause de la modification continuelle des régions. Cela n’est cependant pas la première raison du danger d’extinction qui plane sur l’espèce.

 

Régime alimentaire du diable de Tasmanie

Type de régime

Principalement carnivore

Tasmanian Devil Feeding Photograph by Benny Marty

Nourriture

Animal opportuniste, la majorité du régime alimentaire du diable de Tasmanie est composée de charognes et de carcasses abandonnées. Il est cependant un excellent chasseur, qui s’attaque à des proies de diverses tailles.

En effet, il se nourrit de nombreux petits mammifères sauvages comme le bettong, le potoroos, le wombat (très appréciés car graisseux) et même certains petits wallabys et kangourous. Il attaque également quelque animaux du bétail (moutons), ainsi que divers reptiles, poissons, oiseaux et grenouilles. Il complète également son alimentation d’œufs, d’insectes et même de fruits et d’autres végétaux.

Animal assez vorace il mange près de 15% de son poids par jour, et ingurgite n’importe quelle partie du corps de sa proie : os, poils, dents, …

 

Mode de vie et comportement du diable de Tasmanie

Vie sociale

Le diable de Tasmanie est un animal à prédominance solitaire. En effet, une fois adultes, ils passent la majeure partie de leur temps seuls. Ce n’est cependant pas pour cela qu’ils ne sont pas sociables. Outre la période de reproduction, il a été observé que des diables voisins interagissent assez régulièrement entre eux, surtout les femelles.

Diable De Tasmanie, Tassie Devil, Diable, Marsupial

Ils se retrouvent notamment souvent à plusieurs (jusqu’à 12) sur les carcasses de gros animaux, mais ces rencontres entraînent le plus souvent des conflits. Cela se solde à travers des cris et des postures de dominance la plupart du temps, mais parfois également par des combats à coups de morsures. Ces affrontements ont également lieux à la saison des amours, bien que le dominant ait souvent l’avantage. Les diables de Tasmanie sont des animaux polygames, qui ne forment que très rarement des couples.

Ils ne sont pas territoriaux en tant que tel, à l’exception des femelles au cours de leur maternité, qui protègent leur tanière des autres individus. La mère élève seule ses petits, qui restent dans sa poche marsupiale pendant plusieurs mois.

Comportement

Le diable de Tasmanie est un animal nocturne crépusculaire. En effet, il passe la majeure partie de la journée caché dans un buisson ou un trou. Au crépuscule, il sort de sa tanière et part chasser. Ce mode de vie semble être adopté par cet animal pour éviter ses prédateurs qui sont essentiellement diurnes.

Tasman Peninsula by World Wild Places - World Wild Places by ...

Ce sont des animaux très polyvalents. Ils peuvent notamment grimper aux arbres, faculté qu’ils perdent cependant peu à peu avec l’âge en gagnant en taille, et nager pour traverser des cours d’eau, pratique qu’ils semblent apprécier.

Cri

Le diable de Tasmanie tient principalement son nom de son cri. En effet, pour intimider ses rivaux, il pousse de grands cris stridents, qui firent peur aux premiers colons qui s’aventurèrent dans les îles.

Tasmanischer Beutelteufel - Bilder und Stockfotos - iStock

Prédateur

Les prédateurs du diable de Tasmanie sont essentiellement les aigles (et l’Homme).

Territoire / Domaine vital

Plus qu’un territoire, le diable de Tasmanie possède un domaine vitale, d’en moyenne 13 km2 (4 à 27 selon la région, les proies disponibles, etc.)

Technique de chasse

Comme expliqué plus tôt, le diable de Tasmanie se nourrit généralement de charogne. Lorsqu’il chasse, il utilise une technique d’embuscade. Si c’est une petite proie (insecte, poisson) il se jette dessus et la tue d’une morsure létale. Si la proie est plus grosse, il la trace à l’odeur parfois sur plusieurs kilomètres puis l’attaque par surprise.

Longévité

L’espérance de vie du diable de Tasmanie est de :

  • A l’état sauvage : 5 à 6 ans en moyenne
  • En captivité : jusqu’à 8 – 10 ans

 

Reproduction du wombat

Sevrage

Le jeune diable de Tasmanie quitte la poche des femelles à 3 mois environ.

Il reste cependant quelque mois supplémentaires caché dans la tanière, si bien qu’il quitte sa mère vers ses 6-7 mois.

Maturité sexuelle

2 ans environ

Portée

20 à 30 diablotins, debout mais sans poils ni orifices externes. Cependant, 2 ou 3 survivent en général jusqu’au sevrage.

Baby Tasmanian devils playing in a winter wonderland is the cutest ...

Gestation

31 jours en moyenne

Poids des petits

0,2 g à la naissance (forme embryonnaire)

Période de reproduction

La saison des amours du diable de Tasmanie a lieu entre mars et avril.

 

Menaces et conservation du diable de Tasmanie

Danger d’extinction

Le diable de Tasmanie est un animal en danger (EN) d’extinction selon l’UICN.

Menaces

Les menaces qui pèsent sur le diable de Tasmanie sont principalement dues à l’activité humaine. Elles sont les suivantes :

  • Introduction de prédateurs non naturels sur l’île (chat, chien, …)
  • Collisions routières malgré le faible nombre d’habitant en Tasmanie
  • Chasse et extermination (car autrefois considéré comme nuisible) qui ont plusieurs fois failli éradiquer le diable de Tasmanie
  • Maladie de type tumorale DFTD (Devil Facial Tumour Disease) qui tue systématiquement l’individu qui l’attrape et dont le remède n’est pas encore trouvé

Populations

On estime que la population mondiale de diable de Tasmanie est située entre 20 000 et 70 000 individus.