Couleuvre vipérine

La couleuvre vipérine (Natrix maura) est un serpent aglyphe (non venimeux) de taille moyenne de la famille des Natricidés. On la trouve dans quelque pays européens et d’Afrique du Nord, dans les zones tempérées proches de l’eau. Carnivore, elle se nourrit de divers animaux, principalement aquatiques.

Classification de la couleuvre vipérine

  • Règne : Animal
  • Embranchement/sous-embranchement : Chordé vertébré
  • Classe : Reptile lépidosaurien
  • Ordre : Squamate serpentes
  • Famille : Natricidae
  • Genre : Natrix
  • Espèce : maura
  • Nom scientifique : Natrix maura

Sous-espèces de couleuvres vipérines

Aucune sous-espèce de couleuvres vipérines n’est actuellement reconnue.

Caractéristiques physiques de la couleuvre vipérine

Taille

  • Corps : Femelles : jusqu’à 1 mètre / Mâles : 70 cm environ
  • Queue : 17 cm environ
La taille varie également selon la région.

Taille

  • Femelles : jusqu’à 300 g
  • Mâles : 120 g maximum

Morphologie et apparence

La couleuvre vipérine est un assez petit serpent semi aquatique qui possède un corps trapu à l’âge adulte, une queue assez courte et une large tête plutôt triangulaire très distincte du corps.

Sa mâchoire est puissante et extensible (lui permettant d’avaler tout rond de grosses proies) et ses grands yeux ronds sont bruns. Les femelles sont bien plus grandes que les mâles.

Son corps ainsi que sa coloration ressemblent beaucoup à ceux des vipères, ce qui lui a valu son nom. Ses écailles sont carénées.

Sa robe varie selon l’individu du brun gris au kaki olivâtre, parfois plus rougeâtre. On discerne deux rangées de larges taches sombres décalées formant un zigzag sur le dos et un motif en V à l’envers sur la tête. Son ventre est plus clair (blanchâtre jaune) avec un damier noir.

Performances physiques de la couleur vipérine

Apnée

A l’aise dans l’eau, la couleuvre vipérine peut rester 20 minutes sous l’eau, pour chasser ou échapper à un prédateur.

Mimétisme

Pour se protéger, cette couleuvre a développé un corps ressemblant à celui des vipères (forme de la tête et motifs sur le corps) .

Ainsi, les prédateurs la confondent avec celles-ci et ne l’attaquent pas, ayant peur de son venin (que celle-ci ne possède pas).

Écologie et répartition de la couleuvre vipérine

Répartition géographique

La couleuvre vipérine vit dans plusieurs pays d’Europe et d’Afrique du Nord.

Présent :

Algérie ; Espagne ; France ; Italie ; Libye ; Maroc ; Portugal ; Suisse ; Tunisie

Habitat

La couleuvre vipérine vit dans les forêts tempérées et méditerranéennes ainsi que dans les prairies. Elle vit souvent dans ou proche de l’eau, dans les marais, les rivières, les mares et les lacs.

Régime alimentaire de la couleuvre vipérine

Type de régime

Exclusivement carnivore

Nourriture et proies

La couleuvre vipérine se nourrit principalement de proies aquatiques, essentiellement des poissons, mais aussi des amphibiens (grenouilles et rainettes).

Sur terre, elle chasse des vers de terre et des petits mammifères. Les jeunes se nourrissent quant à eux de têtards, d’insectes et de petits poissons.

Mode de vie de la couleuvre vipérine

Vie sociale

La couleuvre vipérine est un animal solitaire, qui passe l’année seule. 

Uniquement pour la reproduction (après l’hibernation), mâles et femelles se retrouvent pour s’accoupler.

Comportement

Animal principalement diurne, la couleuvre vipérine chasse essentiellement en journée. Elle peut néanmoins être crépusculaire ou nocturne en cas d’extrêmes chaleurs.

Très aquatique, ce serpent passe beaucoup de temps sous l’eau, son territoire de chasse favori. Sinon, elle se réchauffe au soleil sur les berges.

Si elle est attaquée, elle aplatit sa tête, siffle comme une vipère, fait mine d’attaquer (mais mord rarement). Elle sécrète une odeur nauséabonde lorsqu’elle est attrapée.

Comme la plupart des serpents des zones tempérées, elle hiberne pendant les mois les plus froids (octobre à mars) en se mettant à l’abri dans un terrier.

Prédateurs

Les prédateurs de la couleuvre vipérine sont la cigogne, les corvidés et certains rapaces (hiboux notamment), plus rarement le renard et le chat domestique.

Technique de chasse

La couleuvre vipérine chasse principalement dans l’eau, utilisant son odorat et son toucher (mouvement de la cible dans l’eau).

Elle cherche généralement ses proies entre la végétation aquatique et les rochers.

Lorsqu’elle a localisé sa proie, elle se jette rapidement dessus pour l’attraper dans sa gueule.

Reproduction de la couleuvre vipérine

Type de reproduction

Ovipare

Habitudes reproductives

Polygame

Maturité sexuelle

La couleuvre vipérine est sexuellement mature à :

  • Femelles : 4 ans environ
  • Mâles : 3 ans

Période de reproduction

La saison des amours de la couleuvre vipérine a lieux au printemps, parfois une deuxième à l’automne.

Parade nuptiale et accouplement

L’accouplement de la couleuvre vipérine dure plus d’une heure.

Lieux de ponte

La femelle pond ses œufs dans un lieux chaud, un trou, un terrier ou racines d’arbres.

Nombre d’œufs par ponte

3 à 16 œufs environ

Taille des œufs

28 à 40 mm sur 14 à 19 mm

Durée d'incubation

6 à 13 semaines environ

Taille et apparence des petits

Les jeunes couleuvreaux sont similaires aux adultes, et mesurent 14 à 22 cm de long. Ils sont indépendants dès la naissance.

Menaces et conservation de la couleuvre vipérine

Statut UICN (danger d'extinction)

La couleuvre vipérine est une Préoccupation mineure (LC) selon l’UICN.

Menaces

La seule réelle menace (locale) pesant sur la couleuvre vipérine est :

  • Perte des proies : introduction d’espèces invasives et pollution de l’eau réduisant le nombre de proies aquatiques
  • Chasse et braconnage, par peur car confondu avec la vipère aspic ou pour les vendre comme souvenir (Tunisie)

Populations

Etant une espèce commune et largement répandue, le nombre de couleuvre vipérine en liberté est actuellement inconnue.

La population mondiale de couleuvre vipérine est actuellement en baisse.

Photos de la couleuvre vipérine

Vidéo de la couleuvre vipérine

Anecdotes sur la couleuvre vipérine

  • La couleuvre vipérine est souvent confondue avec plusieurs espèces de vipère (d’où son nom)