Gypaète barbu

Le gypaète barbu est un grand rapace charognard que l’on trouve dans quelque zones montagneuses d’Eurasie et d’Afrique. Carnivore, il se nourrit principalement de carcasses (os, moelle).

En France, ce grand oiseau de proie est une espèce prioritaire et protégée, récemment réintroduite.

Classification du gypaète barbu

  • Règne : Animal
  • Embranchement/sous-embranchement : Chordé vertébré
  • Classe : Oiseaux
  • Ordre : Accipitriforme
  • Famille : Accipitridé
  • Genre : Gypaetus
  • Espèce : barbatus
  • Nom scientifique : Gypaetus barbatus

Sous-espèces de gypaètes barbus

On dénombre 2 sous-espèces de gypaètes barbus, qui sont différentes selon la région :

  • Gypaetus barbatus barbatus, en Afrique du nord, en Europe du sud, au Moyen-Orient jusqu’en Asie
  • Gypaetus barbatus meridionalis, en Afrique de l’est et du sud. Cette sous-espèce est plus petite.

Caractéristiques physiques du gypaète barbu

Taille

  • Hauteur : 94 à 150 cm de haut (les femelles sont légèrement plus grosses que les mâles)
  • Envergure : environ 2,30 à 2,80 m, parfois 3 mètres
  • Queue : 42 à 52 cm

Poids

5 à 7,8 kg environ

Morphologie et apparence

Le gypaète barbu est un très grand oiseau de proie, qui possède un corps long et massif, des grandes ailes étroites avec des plumes pointues au bout, une queue cunéiforme, des serres puissantes entièrement couvertes de plumes.

On le reconnait des autres oiseaux charognards par sa tête non dénudée. Son bec est puissant et ses yeux, entourés de rouge, sont perçants.

Le plumage au dessus (ailes, queue, tour de cou) est brun foncé avec des petits traits blancs. Les plumes de son cou et du reste de son corps sont beiges roux à crème, avec quelque reflets blancs. Sa tête est séparée en deux latéralement, noir en haut et blanc en bas.

Aire de répartition du gypaète barbu

Régions

Europe, Afrique et Asie : Afghanistan ; Afrique du Sud ; Algérie ; Allemagne ; Andorre ; Azerbaïdjan ; Bulgarie ; Chypre ; Corée ; Croatie ; Djibouti ; Égypte ; Érythrée ; Espagne ; Éthiopie ; France ; Grèce ; Iran ; Irak ; Israël ; Kenya ; Lesotho ; Liban ; Maroc ; Mauritanie ; Mozambique ; Namibie ; Népal ; Portugal ; République Tchèque ; Roumanie ; Russie (Russie européenne, Russie d’Asie centrale, Russie d’Asie orientale) ; Somalie ; Soudan ; Tanzanie, République unie de ; Turquie ; Ouganda ; Yémen ; Arménie ; Bhoutan ; Chine ; Géorgie ; Inde ; Kazakhstan ; Kirghizstan ; Mongolie ; Pakistan ; Tadjikistan ; Turkménistan ; Ouzbékistan ; Zimbabwe

Il s’est éteint en Bosnie-Herzégovine ; Jordanie ; Liechtenstein ; Monténégro ; Serbie ; République arabe syrienne, peut-être aussi en Albanie ; Macédoine du Nord

Il a aussi été réintroduit en Autriche, Italie et Suisse

Biotope

Le gypaète barbu vit dans les montagnes, dans les zones rocheuses et les prairies.

Régime alimentaire du gypaète barbu

Type de régime

Strictement carnivore, essentiellement charognard

Nourriture et proies

Le gypaète barbu se nourrit principalement de carcasse d’animaux pratiquement terminées, en particulier la moelle, les os et les tendons.

Il se nourrit surtout de petits mammifères, de lézards, de tortues. Il peut aussi les chasser vivants, fait cependant rare.

Mode de vie du gypaète barbu

Vie sociale

Le gypaète barbu est un animal solitaire, qui passe les premières années de sa vie seul.

Monogame, il s’installera ensuite avec un partenaire, avec qui il reste généralement toute sa vie.

Animal territorial, il défend son territoire contre les intrus.

Comportement

Le gypaète barbu est un animal diurne, qui est essentiellement actif pendant la journée.

Il passe le plus clair de son temps à voler pour trouver de quoi se nourrir. Il saisit des os et des carcasses, et les jette de haut sur un rocher pour les briser.

Vagabond lors des premières années de sa vie, il se sédentarise ensuite une fois en couple. Il peut cependant quitter les hautes zones si les conditions deviennent trop extrêmes.

Cri

Le gypaète barbu pousse un grand sifflement strident et aigu ressemblant à un “iiiiii”.

Prédateurs / compétition inter-spécifique

Le gypaète barbu ne possède aucun prédateur naturel, en dehors de l’Homme.

Longévité

L’espérance de vie du gypaète barbu est de

  • En captivité : 30 ans environ
  • A l’état sauvage : 40 à 45 ans

Reproduction du gypaète barbu

Type de reproduction

Ovipare

Habitudes reproductives

Généralement monogame, parfois polygynie (1 femelle pour plusieurs mâles)

Sevrage

Le jeune gypaeton prend son envol au bout de 100 à 130 jours.

Il reste cependant avec ses parents pendant 1 an et demi à 2 ans avant d’être définitivement indépendant.

Maturité sexuelle

Le gypaète barbu est sexuellement mature à 6 à 7 ans environ.

Parade nuptiale

Piqués à deux, présentation des serres, vol en spirale

Période de ponte

La saison des amours du gypaète barbu a lieu d’octobre à février.

Lieux de ponte

Grand nid (plus de 2 mètres de diamètre en moyenne) dans une zone inaccessible (falaise, croupe)

Nombre d’œufs par ponte

1 à 2 œuf tous les 2 ans, dont un seul survit

Durée d'incubation

53 à 58 jours environ

Menaces et conservation du gypaète barbu

Statut UICN (danger d'extinction)

Le gypaète barbu est une espèce Quasi menacée (NT) selon l’UICN.

Il est cependant vulnérable (VU) en Europe.

Réintroduction en Europe

Le gypaète barbu avait pratiquement disparu, et a été réintroduit en Europe, notamment en France (dans les Alpes, le parc de la Vanoise et du Mercantour).

Menaces

Les menaces pesant sur le gypaète barbu sont :

  • Disparition des prédateurs (loup gris, ours brun), qui lui laissent les carcasses dont il se nourrit
  • Mort directe : câbles électriques, remontées mécaniques, chasse et braconnage illégal, empoisonnement

Populations

Selon l’UICN, il ne resterait plus que qu’entre 1700 et 6700 gypaètes barbus à l’état sauvage.

La population mondiale de gypaète barbu est actuellement en baisse.

Photos du gypaète barbu

Vidéo du gypaète barbu

Anecdotes sur le gypaète barbu

  • Le gypaète barbu est un des plus grands oiseaux d’Europe, derrière le vautour fauve