Sambar

(Rusa unicolor)

Le sambar (Rusa unicolor) est un mammifère ruminant de la famille des cervidés. On le trouve dans certaines forêts tropicales humides et sèches en Asie. Herbivore, il se nourrit de diverses plantes, principalement de l’herbe et des jeunes feuilles.

Sommaire

Taxonomie du sambar

Classification

  • Règne : Animal
  • Embranchement/sous-embranchement : Chordé vertébré
  • Classe : Mammifère placentaire
  • Ordre : Artiodactyle ruminant
  • Famille : Cervidae cervinae
  • Genre : Rusa
  • Espèce : unicolor
  • Nom scientifique : Rusa unicolor

Sous-espèces / taxons

On distingue 7 différentes sous-espèces de sambar :

  • Rusa unicolor unicolor
  • Rusa unicolor brookei
  • Rusa unicolor cambojensis
  • Rusa unicolor dejeani
  • Rusa unicolor equina
  • Rusa unicolor hainana
  • Rusa unicolor swinhoii

Caractéristiques physiques du sambar

Taille

  • Corps : 1,62 à 2,7 m de long.
  • Garrot : 102 à 160 cm
  • Queue : 22 à 35 cm

Poids

100 à 350 kg en moyenne, avec un maximum de 546 kg. Les mâles sont en moyenne plus lourds que les femelles.

Morphologie et apparence

Le sambar est un cervidé d’assez grande taille au corps robuste et qui possède des pattes assez fines mais puissantes et une queue assez longue pour un cerf. Seul le mâle possède des bois, qui sont ramifiés. Le nombre de branches évolue selon l’âge. Ils mesurent jusqu’à 110 cm de long chez les adultes. Ses oreilles sont assez petites et arrondies, ses fosses lacrymales profondes et ses yeux bruns en amande surélevés de longs cils fins. La taille et la corpulence des individus varie dans son aire de répartition. Les femelles sont cependant toujours plus petites que les mâles.

Le pelage de ces cervidés est assez dense et hirsute. La robe arbore généralement une couleur unie, du brun jaunâtre au gris foncé. Certaines sous-espèces ont néanmoins une fourrure un peu plus foncée (marron) sur la croupe. La queue est noire sur le dessus et blanchâtre sur le dessous. Il est doté d’une crinière au niveau du cou, majoritairement visible chez le mâle.

Écologie et répartition du sambar

Aire de répartition

Le sambar vit dans quelques régions d’Asie, de l’Inde jusqu’en Asie du Sud-Est. Il a également été introduit en Océanie (Australie) et en Amérique du Nord (Etats-Unis).

Présent (résident)

Bangladesh ; Bhoutan ; Brunei Darussalam ; Cambodge ; Chine (Yunnan, Sichuan, Jiangxi, Hunan, Guangxi, Guizhou, Hainan) ; Inde ; Indonésie (Sumatera) ; Malaisie ; Myanmar ; Népal ; Sri Lanka ; Taiwan ; Thaïlande ; Vietnam ; Laos

Présent par introduction

Australie ; Nouvelle-Zélande ; Afrique du Sud (Western Cape) ; États-Unis (Texas, Floride, Californie)

Habitat

On trouve le sambar dans les forêts tropicales humides et sèches décidues et mixtes, ainsi que dans les forêts d’arbres à feuilles caducs tempérées, certaines savanes tropicales et hauts plateaux.

Régime alimentaire du sambar

Type de régime

Végétarien, notamment herbivore et folivore.

Nourriture et proies

Le sambar se nourrit principalement d’herbe, de jeunes feuilles, de bourgeons tendres, de jeunes pousses comme de roseaux, de rameaux, de mousse et de lichen. Elle mange également des baies, des arbustes, de l’écorce et des fruits tombés.

Mode de vie du sambar

Vie sociale

Comme chez la plupart des cerfs, les sambars mâles sont des animaux solitaires. Ils passent en effet la plupart de l’année seule, menant une vie nomade et ne se joignant aux groupes que pour la reproduction. En effet, les femelles vivent avec leurs petits dans des troupeaux comptant jusqu’à 16 individus (4 à 6 en moyenne). Les femelles sont ainsi plus grégaires que les mâles, mais vivent cependant dans des hardes d’assez petite taille pour des cerfs. Ils marquent leur territoire en frottant leurs bois et leur corps contre des troncs, se levant parfois sur leurs pattes arrière. Lors du rut, les mâles établissent des territoires qu’ils marquent grâce à des glandes odorantes. Ils s’affrontent pour déterminer lequel s’accouplera avec les femelles passant sur le territoire. Les combats sont composés de coups de bois et d’entrelacement, de lutte, notamment en se levant sur leurs pattes arrière.

Comportement

Le sambar est un animal nocturne et crépusculaire. Il profite en effet de la pénombre pour se nourrir et se désaltérer, afin d’éviter un maximum de prédateurs. La journée, il reste caché et se repose dans la dense couverture forestière. Appréciant particulièrement l’eau, les sambars se baignent souvent. En cas de danger, les femelles d’un groupe tentent de faire barrage pour protéger leurs petits, malgré l’absence de bois.

Cri, vocalises et communication

Les sambars poussent relativement peu de cris. Ils émettent principalement des sons courts et aigus, appelés “pooking” en cas de danger. Les vocalises sont cependant parfois plus bruyantes. Ils communiquent majoritairement chimiquement ou avec le toucher, déposant leur urine et se frottant sur les arbres, réalisant des piétinements ou se caressant mutuellement la croupe.

Prédateurs

Les principaux prédateurs du sambar sont le tigre et le lion. C’est une proie très appréciée, qui peut représenter jusqu’à 60% du régime alimentaire des tigres du Bengale dans certaines régions. Il est également la proie des crocodiles, principalement du crocodile marin et du crocodile des marais, ainsi que des dholes et des léopards, attaquant le plus souvent les individus malades ou jeunes.

Longévité

L’espérance de vie du sambar est de :

  • A l’état sauvage : 12 à 20 ans environ.
  • En captivité : jusqu’à 26-28 ans.

Reproduction du sambar

Type de reproduction

Vivipare

Habitudes reproductives

Polygame

Maturité sexuelle

Le sambar est sexuellement mature à 2 ans environ, mais les mâles se reproduisent généralement un peu plus tard, barrés par les autres individus plus vieux et imposants.

Période de reproduction

La saison des amours du sambar (qui correspond à la saison du rut) a lieu une fois par an, mais n’est pas directement liée à la période de l’année. Elle a cependant généralement lieu de septembre à janvier.

Parade et comportement nuptial

Pour conquérir les femelles, les mâles s’affrontent dans des combats. Une fois vainqueur, le mâle se rapprochera de la femelle : l’accouplement se base sur les liens entre les deux individus plutôt que sur des vocalises.

Gestation

245 à 284 jours environ.

Nombre de petits par portée

La biche sambar met bas 1 petit faon, très rarement 2 jumeaux.

Poids et apparence des petits

Le faon sambar pèse environ 5 à 8 kg à la naissance. Ils sont recouverts d’un pelage brun, avec des taches claires ou non selon la sous-espèce, qu’il perd rapidement en grandissant.

Sevrage et croissance

Le jeune sambar est protégé par le groupe et allaité par sa mère. Si il boit le lait maternel pendant 7 à 8 mois, il commence à manger de la nourriture solide dès 5 à 14 jours, et devient ruminant dès 1 mois. La croissance est rapide. Les mâles possèdent des bois à une branche à 1 an, 2 branches vers 2-3 ans et 3 branches à l’âge adulte.

Menaces et conservation du sambar

Danger d'extinction (Statut UICN)

Le sambar est une espèce vulnérable (VU) selon l’UICN.

Population

Le nombre de sambars vivant à l’état sauvage est actuellement inconnu. On sait cependant que leur population mondiale est actuellement en baisse.

Menaces

Les principales menaces pesant sur le sambar sont :

  • Destruction de son habitat à travers la déforestation, au profit de la création de routes, à l’urbanisation et à l’agriculture.
  • Chasse et braconnage.

Plusieurs mesures ont été mises en place pour protéger le sambar :

  • Protection de zones forestières et de points d’eau.
  • Protection de l’espèce ex-situ.

Photos du sambar

Sambar mâle (Rusa unicolor)
Femelle sambar cherchant des feuilles pour se nourrir

Biche sambar avec son petit
Combat de sambars

Vidéos du sambar

Crédits photo :

Références :