Gazelle de Thomson

La gazelle de Thomson, également surnommée Thommie, est un mammifère de taille moyenne de la famille des bovidés, et plus précisément des antilopinés. Cette gazelle vit exclusivement en Afrique de l’Est, et se nourrit principalement des différents herbacés qu’elle trouve dans la savane. Elle fut baptisée ainsi en hommage à l’explorateur écossais Joseph Thomson.

Comme bon nombre d’animaux d’Afrique et bien qu’elle ne soit pas une espèce prioritaire, la gazelle de Thomson est menacée par la disparition de son habitat naturel, et figure tout de même sur la liste rouge des espèces menacées.

 

Classification scientifique de la gazelle de Thomson

  • Règne : Animal
  • Embranchement/sous-embranchement : Chordé vertébré
  • Classe : Mammifère placentaire
  • Ordre : Artiodactyle ruminant
  • Famille : Bovidé antilopiné
  • Genre : Eudorcas
  • Espèce : thomsonii
  • Nom scientifique : Eudorcas thomsonii

 

Sous-espèces de la gazelle de Thomson

On distingue 2 différentes sous-espèces de gazelles de Thomson. Elles sont les suivantes :

  • Eudorcas thomsonii nasalis
  • Eudorcas thomsonii thomsonii

Caractéristiques Physiques de la gazelle de Thomson

Taille

  • Longueur : 80 à 110 cm
  • Garrot : 55 à 70 cm

Poids

  • Femelles : 15 à 25 kg
  • Mâles : 20 à 35 kg

Longueur de la queue

20 à 30 cm de long

Longueur des cornes

  • Femelles : 10 cm
  • Mâles : 30 cm

Résultat de recherche d'images pour "thomson's gazelle"

Morphologie et apparence

La gazelle de Thomson possède une silhouette mince et élancée, un long cou et des pattes longues et fines. Sa tête est assez fine et son museau allongé, tandis que ses oreilles sont ovales et pointues au bout ainsi que de grandes cornes un peu arquées et annelées. Sa queue est touffue au bout.

Son pelage suit un dégradé de marron de haut en bas du dos (du marron clair au beige clair), terminé par un long trait noir épais. Son ventre est blanc, sa tête marron clair, à l’exception du tour des yeux qui est blanc. Sa queue est noire.

 

Performances physiques de la gazelle de Thomson

Vitesse de pointe

La gazelle de Thomson est très rapide : elle peut courir jusqu’à 90 km/h !

Hauteur du saut

Le saut de la gazelle de Thomson atteint les 2 mètres de haut et les 6 mètres de long.

 

Habitat de la gazelle de Thomson

Régions

Afrique (de l’Est) : essentiellement Kenya et Tanzanie

Biotope

La gazelle de Thomson vit dans la savane, principalement les savanes tropicales sèches, mais également dans les prairies pâturées et les plaines herbeuses.

Évolution de son habitat

L’habitat de la gazelle de Thomson est peu à peu mis en péril par l’activité humaine, qui détruit de plus en plus les lieux où elle vit.

 

Régime alimentaire de la gazelle de Thomson

Type de régime

Herbivore et frugivore

Résultat de recherche d'images pour "thomson's gazelle"

Nourriture et proies favorites

Cette gazelle se nourrit essentiellement de graminées, contrairement aux autres antilopes et gazelles qui broutent à peu près tout ce qu’elles trouvent. Elle mange également des baies, des fruits, de l’herbe, des feuilles et des pousses, principalement lors de la saison sèche, où elle doit quitter les plaines et les savanes arides pour les terres boisées.

 

Mode de vie et comportement de la gazelle de Thomson

Vie sociale

La gazelle de Thomson est comme la plupart des antilopes un animal social : elle vit toujours en groupe de plusieurs individus.

Cependant, femelles et mâles matures sont séparés : les femelles vivent en groupe avec leurs petits, tandis que les mâles, parfois plus solitaires, vivent en groupe avec d’autres mâles ou seuls. Mâles et femelles ne se fréquentent que pour la reproduction lors de la saison des amours, période marquée par de fréquents combats entre les mâles.

En effet, s’ils sont sociables, ces animaux sont également territoriaux : les mâles veillent en permanence et défendent leurs territoires.

Comportement

Les gazelles de Thomson sont des animaux diurnes : ils vivent principalement la journée et se reposent la nuit. Animaux très vifs et joueurs, les gazelles de Thomson ont souvent été observées en train de jouer à “saute-mouton”, et aiment courir et bondir quand elles le peuvent.

Elles possèdent une excellente ouïe et un très bon odorat, qui lui permettent de facilement repérer les animaux qui pourraient l’attaquer. Proie très appréciée, elle est toujours sur le qui-vive et prête à prendre la fuite si l’un de ses congénères signale la présence d’un prédateurs.

Prédateurs

Le guépard est le principal prédateur de la gazelle de Thomson, étant le seul d’entre eux à pouvoir suivre l’allure de la gazelle adulte (il peut atteindre des pointes de vitesse de 110 km/h).

Résultat de recherche d'images pour "cheetah"

Les individus petits, malades ou blessés sont quant à eux ciblés par bien plus d’animaux, notamment les principaux prédateurs d’Afrique comme le lion, la hyène tachetée, le lycaon, le léopard, le chacal et le caracal, mais également des prédateurs aquatiques comme les crocodiles, des airs comme les aigles et des arbres comme le python et le babouin.

Technique de fuite

Très rapide et agile, la gazelle de Thomson n’hésite pas à faire de violents virages et des séries de sauts (qu’on appelle “pronking“) au cours de courses à des vitesses impressionnantes (80 km/h), pour désorienter et éviter le prédateur qui l’attaque.

Résultat de recherche d'images pour "safari"

Longévité

L’espérance de vie de la gazelle de Thomson est de :

  • A l’état sauvage : 10 ans
  • En captivité : 18 ans

 

Reproduction de la gazelle de Thomson

Sevrage

3 mois

Maturité sexuelle

Au bout de 1 à 2 ans

Portée

1 petit faon, parfois 2

Gestation

5 à 6 mois

Période de reproduction

La saison des amours a généralement lieu en avril et en mai.

 

Menaces et conservation de la gazelle de Thomson

Danger d’extinction

La gazelle de Thompson est officiellement un animal Quasi Menacé (NT) selon l’UICN

Menaces

La gazelle de Thomson est exposée à différentes menaces, principalement causées par l’Homme. Elles sont les suivantes :

  • Destruction de son habitat
  • Pression des touristes et stress dans les parcs et dans les réserves naturelles

Taille de la population

On compte environ 550 000 individus vivant à l’état sauvage.