Gnou noir

La gnou noir, également appelé gnou à queue blanche, est un grand mammifère de la famille des bovidés, et est l’un des deux espèces de gnous (Connochaetes). Moins connu que son cousin, il est cependant un animal emblématique de l’Afrique du Sud. On le trouve dans différentes régions du continent, dans les zones pâturées comme les savanes et les plaines. C’est en effet un grand herbivore, qui se nourrit essentiellement d’herbe et de feuillage.

Au bord de l’extinction il y a quelque années, l’espèce n’est maintenant plus en voie de disparition et sa population est en hausse.

 

Classification scientifique du gnou noir

  • Règne : Animal
  • Embranchement/sous-embranchement : Chordé vertébré
  • Classe : Mammifère placentaire
  • Ordre : Artiodactyle ruminant
  • Famille : Bovidé alcelaphiné
  • Genre : Connochaetes
  • Espèce : gnou
  • Nom scientifique : Connochaetes gnou

 

Sous-espèces de gnous noirs

Il n’existe aucune sous-espèce de gnou noir encore reconnu aujourd’hui.

 

Caractéristiques physiques du gnou bleu

Taille

  • Longueur : 170 à 220 cm
  • Garrot : 100 à 120 cm (moyenne : 110 cm)
  • Queue : 80 à 100 cm

Poids

  • Femelles : 110 à 150 kg (130 kg en moyenne)
  • Mâles : 140 à 180 kg (moyenne : 160 kg)

Longueur des cornes

Les cornes du gnou noir mesurent entre 50 et 80 cm de long, et sont en moyenne un peu plus longues chez le mâle.

Morphologie et apparence

Le gnou noir est un assez grand ruminant à la silhouette assez massive. Son gros corps et sa musculature dessinée sont surélevés par de grandes pattes puissantes mais assez fines, terminées par des sabots. Sa queue ressemble beaucoup à celles du cheval (longs poils), et sa crinière (crête) est composée de poils drus, comme sa barbe. Ses grandes cornes sont arquées vers l’arrière, ses oreilles arrondies et pendantes. Son museau est assez proéminent et arrondi, tandis que ses petits yeux sont noirs.

Le gnou noir possède un pelage à poils ras (bien que plus long que celui du gnou bleu) unis variant du brun au marron foncé. Sa tête, sa barbe et les poils sous sa poitrine sont noirs, tandis que sa queue est blanche. La crête de poils qui arpente le haut de son dos est quant à elle composée de poils blancs et noirs (au bout).

 

Performances physiques du gnou noir

Vitesse de pointe

Le gnou noir est un animal très rapide et endurant. Il peut en effet effectuer des pointes jusqu’à 80 km/h.

 

Habitat du gnou noir

Régions

Afrique : Afrique du Sud, Swaziland, Lesotho et Namibie (où il a été introduit)

Biotope

La gnou bleu vit principalement dans les savanes, les grandes prairies et les bois clairs,. Il vit également dans les zones montagneuses escarpées et les collines, pouvant vivre dans des zones plus froides que son cousin.

Évolution de son habitat

A cause de la chasse, le gnou noir a vu son aire de répartition grandement réduire au cours du XIXème siècle. Elle représente encore une menace aujourd’hui (bien que plus faible qu’auparavant), tout comme la destruction de son habitat naturel.

 

Régime alimentaire du gnou noir

Type de régime

Quasi exclusivement herbivore

Nourriture et proies favorites

Le gnou noir se nourrit essentiellement d’herbes courtes, ainsi que d’autres herbes, de feuilles de petits arbustes et de buissons.

 

Mode de vie et comportement du gnou 

Vie sociale

Le gnou noir est un animal sociable, qui vit généralement en groupe. On distingue 3 principaux types de groupes : les groupes composées de femelles et de leurs petits, les groupes de mâles célibataires et les mâles dominants, qui vivent seuls ou accompagné d’un harem. Une véritable cohésion est observable dans les groupes de femelles. En effet, celles-ci s’entraident, se protègent mutuellement et tissent d’étroits liens (elles sont souvent de la même famille). Les groupes de célibataires sont quand à eux beaucoup moins soudés.

De leurs côtés, les mâles dominants sont des animaux extrêmement territoriaux. La taille de leur territoire varie, mais est généralement situé dans une zone idéale pour la rencontre avec les femelles. Pour le marquer, ils déposent leur urine, leurs excréments et autres sécrétions. Que les mâles soient entourés d’un harem ou non, ils n’hésitent pas à se battre lors de la période de reproduction pour garder leurs privilèges de dominants et s’accoupler avec le plus de femelles possibles.

Les femelles restent et élèvent ensuite leurs petits ensemble. Si le petit est une femelle, il restera généralement dans le groupe toute sa vie. Si en revanche c’est un mâle, il sera chassé au bout d’un an et devra rejoindre un groupe de célibataires, pour peut-être par la suite devenir un dominant (vers ses 4 ans).

Comportement

Le gnou noir est un animal principalement crépusculaire : il est majoritairement actif le matin et en fin d’après-midi. Il passe ce temps à brouter les pâturages, à se déplacer et à interagir avec ses congénères. Pendant les heures chaudes de la journée, le gnou noir passe le plus clair de son temps à se reposer.

Autrefois, le gnou noir était comme le gnou bleu un grand migrateur, qui effectuait cependant des voyages plus courts et en plus petits groupes. Leur aire de répartition étant maintenant très petite, ces animaux sont devenus sédentaires.

Prédateurs

Les gnous noirs sont la proie potentielle des lions, des crocodiles du Nil, des léopards, des lycaons et des hyènes brunes.

Longévité

L’espérance de vie du gnou noir est d’environ 20 ans à l’état sauvage.

 

Reproduction du gnou noir

Sevrage

4 mois, mais se sépare de sa mère vers ses 8 mois – 1 an.

Maturité sexuelle

  • Femelles : 1,5 à 2,5 ans
  • Mâles : 3 ans

Portée

1 petit faon, parfois 2 mais très rare, pratiquement tous les ans

Gestation

8 à 8,5 mois

Période de reproduction

La saison des amours du gnou noir a généralement lieu entre février et avril (fin de la saison des pluies).

 

Menaces et conservation du gnou noir

Danger d’extinction

Le gnou bleu est officiellement une préoccupation mineure (LC) selon l’UICN.

Menaces

Le gnou noir est exposée à différentes menaces, principalement causées par l’Homme. Elles sont les suivantes :

  • Destruction de son habitat à travers l’urbanisation et le réchauffement climatique (réduction des points d’eau)
  • Braconnage et chasse

Taille de la population

On compte environ 18 000 gnous noirs vivant à l’état sauvage.