Koala

Le koala est un mammifère marsupial arboricole appartenant à l’ordre des diprodontes et dernier représentant de la famille des phascolarctidés. Avec le kangourou et le wombat, il est le véritable symbole de l’Australie, pays d’où il est endémique. Herbivore, le koala se nourrit principalement de feuilles d’eucalyptus, arbre dans lesquels il passe le plus clair de son temps.

Malheureusement, le réchauffement climatique et les actions humaines menacent de plus en plus cette espèce, qui est considérée par les scientifiques comme “fonctionnellement éteinte” à l’état sauvage. Elle figure donc sur la liste rouge des espèces en voie de disparition.

 

Classification scientifique du koala

  • Règne : Animal
  • Embranchement/sous-embranchement : Chordé vertébré
  • Classe : Mammifère
  • Ordre : Diprotodonte
  • Famille : Phascolarctidé
  • Genre : Phascolarctos
  • Espèce : cinereus
  • Nom scientifique : Phascolarctos cinereus

 

Sous-espèces de koala

Malgré une difficulté à identifier réellement des sous-espèces, on considère qu’il existe 3 principales sous-espèces de koala :

  • Le koala de New South Wales (Phascolarctos cinereus cinereus)
  • Le koala de Queensland (Phascolarctos cinereus adustus)
  • Le koala de Victoria ou koala victorien (Phascolarctos cinereus victor)

 

Caractéristiques Physiques du koala

Taille

60 à 80 cm en moyenne

Poids

  • Femelle : 4 à 11 kg
  • Mâle : 8 à 14 kg

Le poids varie selon le climat (et donc selon la sous-espèce) : plus l’endroit est froid, plus leur poids moyen est élevé.

Morphologie et apparence

Le koala est un marsupial de petite taille, possédant une grosse tête ronde, des oreilles touffues et arrondies, un grand nez noir et des petits yeux marron. Ses longues pattes sont terminées par une main préhensile possédant 5 doigts opposables, prolongées par de longues griffes qui lui permettent de facilement s’accrocher aux arbres les plus abrupts.

Sa fourrure épaisse va du gris foncé au gris clair sur tout son corps, mis à part l’intérieur de ses oreilles, son ventre et sa poche ventrale (ou il accueille ses bébés) qui sont de couleur blanche.

 

Habitat du koala

Régions

Océanie : endémique d’Australie (mais ne vit plus qu’au Sud et à Est)

Biotope

Le koala vit exclusivement dans les forêts d’eucalyptus, et s’adapte très peu aux changements et dégradations de son environnement.

Évolution de son habitat

Depuis 2010, le koala a entièrement disparu de 41 zones sur les 128 qu’il occupait depuis 2010. On en décomptait environ 80 000 à l’état sauvage avant les incendies de 2019, qui n’ont fait que réduire encore plus vite le nombre de koalas, contre près de 10 millions il y a de cela 200 ans.

 

Régime alimentaire du koala

Type de régime

Strictement herbivore

Nourriture

Le koala se nourrit essentiellement des feuilles d’eucalyptus (arbres dans lesquels il vit), et il est un des seuls animaux à pouvoir les digérer. Il en mange également les fruits et l’écorce.

Lorsqu’il est encore trop petit pour s’alimenter seul, le bébé koala se nourrit d’une bouillie de feuille que lui pré digère sa mère.

Le saviez-vous ? Le koala n’a pas besoin de boire de l’eau et n’en boit que très rarement, s’hydratant grâce à l’humidité contenue dans les feuilles d’eucalyptus qu’il mange. 

 

Mode de vie et comportement du koala

Vie sociale

Animal solitaire, le koala passe le plus clair de sa journée seul, bien qu’il vive sur un territoire avec d’autres de ses congénères. Étant un animal arboricole, il passe pratiquement toute sa vie dans les arbres et se balade à travers la canopée en sautant d’arbre en arbre. Il descend rarement au sol : uniquement pour rejoindre un arbre trop éloigné, généralement quand un mâle veut rejoindre une femelle.

Comme certains autres animaux (le panda géant par exemple), le régime alimentaire du koala est très peu riche énergétiquement, ce qui l’oblige à se reposer/dormir la majeure partie de la journée (près de 20 heures par jour, lui valant le surnom de paresseux australien). Animal nocturne, c’est le soir qu’il se nourrit et est le plus actif. Il possède donc une assez mauvaise vue, palliée par un odorat et une ouïe sur-développés.

Lors de la saison des amours, les mâles poussent de puissants cris et grognements pour prévenir les femelles qu’il est mature et prêt à se reproduire. Les koalas se reproduisent dans les arbres, souvent à la cime. Lorsque deux mâles se retrouvent sur un même territoire lors de la période de reproduction, cela débouche souvent sur un combat entre les deux animaux.

Cri

Bien que plutôt silencieux, il arrive d’entendre les koalas pousser des petits cris pour signaler leur présence ou un danger à ses autres congénères.

Pendant la période de reproduction, les mâles poussent de puissants cris et grognements (qu’on appelle aboiements) pour prévenir les femelles de sa présence et de sa fertilité.

Territoire

S’étend sur environ 2 ou 3 arbres par animal (si on compte les endroits sur lesquels il se nourrit).

Longévité

L’espérance de vie du koala est de :

  • A l’état sauvage : 10 à 15 ans
  • En captivité : jusqu’à 20 ans

Prédateur

Les principaux prédateurs du koala sont les chiens sauvages (dingo) et domestiques, les pythons, les varans ainsi que certains rapaces.

 

Reproduction du koala

Sevrage

6 à 7 mois avant d’arrêter de téter, et quitte la poche ventrale et est totalement sevré à environ 1 an.

Maturité sexuelle

2 à 3 ans

Portée

Généralement 1 petit (rarement plus, parfois deux)

Gestation

30 à 36 jours

Poids et taille des petits

Le bébé koala mesure entre 1,5 et 1,8 cm à la naissance et pèse environ 1 g

Période de reproduction

La saison des amours s’étend sur les mois de décembre à mars.

 

Menaces et conservation du koala

Danger d’extinction

Le koala est officiellement un animal Vulnérable (VU) selon l’UICN.

Menaces

Les principales menaces pesant sur le koala sont dues aux actions de l’Homme et au réchauffement climatique. Elles sont les suivantes :

  • Destruction de son habitat naturel à cause de l’Homme (construction, agriculture, …) et du réchauffement climatique (comme les incendies fin 2019)
  • Espace de vie très réduit et spécifique (concentré uniquement sur les côtes Est et Sud de l’Australie), ne facilitant pas sa sauvegarde
  • Collisions routières à cause des routes construites au beau milieu de son habitat naturel

Populations

Environ 50 000 individus vivant à l’état sauvage, peut-être moins depuis les incendies de 2019.