Loup arctique

Le loup arctique, aussi appelé loup blanc ou même loup polaire, est un mammifère appartenant à la famille des canidés. C’est une sous-espèce de loup gris (Canis lupus). Grand prédateur nordique, le loup arctique vit essentiellement dans la partie américaine de l’Arctique, au Nord du Canada, en Alaska et à l’ouest du Groenland, dans les toundras et les montagnes enneigées. Essentiellement carnivore, il se nourrit de toute sorte de proies diverses qu’il trouve dans son habitat naturel, des grands herbivores aux petits rongeurs.

Habitant dans les régions isolées du monde et de l’activité humaine, le loup arctique n’est pas une espèce menacée. Le seul danger pouvant potentiellement jouer est le réchauffement climatique, bien qu’il ne soit pas pour l’heure une réelle menace.

 

Classification scientifique du loup arctique

  • Règne : Animal
  • Embranchement/sous-embranchement : Chordé vertébré
  • Classe : Mammifère placentaire
  • Ordre : Carnivore caniforme
  • Famille : Canidé
  • Genre : Canis
  • Espèce : lupus
  • Sous-espèce : arctos
  • Nom scientifique : Canis lupus arctos

 

Sous-espèces de loups arctiques

Le loup arctique est lui-même une sous-espèce de loup gris, et ne possède donc pas de sous-espèce. Il possède en revanche un équivalent, le loup de Sibérie, que l’on trouve en Europe.

 

Caractéristiques physiques du loup arctique

Taille

  • Longueur : 90 cm en moyenne
  • Garrot : entre 65 et 80 cm
  • Queue : plus de 30 cm

Poids

45 kg en moyenne (parfois jusqu’à 80 kg). Les mâles sont en moyenne un peu plus lourds que les femelles.

Morphologie et apparence

Le loup arctique est un grand prédateur possédant une allure semblable à celle du chien, très caractéristique de l’espèce. Il possède en effet un grand corps assez imposant, des longues pattes assez fines mais puissantes terminées de grosses griffes non rétractiles ainsi qu’une longue queue touffue. Son museau est allongé et terminé d’une truffe noire. ses yeux sont jaunes orangés, ses crocs acérés et ses oreilles triangulaires.

La fourrure du loup arctique est très épaisse, en particulier son pelage d’hiver. La plus grande concentration de poils est au niveau du dos et du cou. Sa robe est entièrement blanche, lui permettant de facilement se dissimuler sur la neige.

 

Performances physiques du loup arctique

Résistance au froid

Le loup arctique a du s’adapter aux conditions rudes de son habitat naturel : son corps peut ainsi supporter des températures descendant jusqu’à -60°C.

 

Habitat du loup arctique

Régions

Amérique du Nord et Arctique : Nord du Canada, Alaska et Groenland

Biotope

Le loup arctique vit essentiellement dans les toundras et les zones montagneuses enneigées.

Évolution de son habitat

L’habitat du loup arctique n’est pour l’heure pas réellement menacé, bien que le réchauffement climatique puisse à long terme représenter un danger.

 

Régime alimentaire du loup arctique

Type de régime

Essentiellement carnivore et charognard

Nourriture et proies favorites

Le loup arctique se nourrit principalement les petits animaux comme le lemming, le lièvre ainsi que de certains oiseaux nicheurs lorsqu’il chassent seuls. Quand ils chassent en meute, ils s’attaquent aux plus grosses proies disponibles comme les bœufs musqués et les caribous.

 

Mode de vie et comportement du loup arctique

Vie sociale

Comme les différentes sous-espèces de loups gris, le loup arctique est particulièrement sociable et vit toujours en meute d’environ 7-8 individus. La hiérarchie dans ces groupes est également très similaire. En effet, le groupe est mené par un couple alpha, qui possède des privilèges et qui sont les seuls individus à pouvoir se reproduire. Chaque membre du groupe possède un statut précis et un rôle particulier.

Les loups arctiques communiquent souvent entre eux, à travers divers cris, gestuelles et signaux olfactifs. Ces derniers servent également à marquer leur territoire, étant des animaux territoriaux. Lorsque les petits naissent (seulement de la femelle alpha), les autres membres de la meute participent également à l’éducation des jeunes.

Comportement

Le loup arctique est actif le jour et la nuit, mais est principalement diurne : il passe la majorité de son temps à chercher de la nourriture. Animal curieux, ces loups ne sont pas très craintifs et s’approchent parfois même des Hommes.

Contrairement à certains animaux vivant dans les zones glaciales, le loup arctique n’hiberne pas, car la majeure partie de ses proies sont actives l’hiver.

Cri

Comme les autres loups, le loup arctique hurle, aboie, gronde, grogne et gémit.

Prédateurs

Prédateur vivant en meute, le loup arctique ne possède aucun prédateur en dehors de l’Homme dans son habitat naturel.

Technique de chasse

Les loups arctique sont d’excellent chasseurs, qui utilisent la cohésion au sein de leur meute pour être efficaces. Tout d’abord, les loups repèrent leur proie. Une fois la cible choisie, ils essaient de l’esseuler (si elle est en troupeau), puis se jettent ensemble sur celle-ci pour la tuer d’une morsure à la gorge. Il arrive que les loups traquent leur proie sur de longues distances et attendent plusieurs heures avant d’attraper leur proie.

Lorsqu’il chasse seul, le loup arctique se jette plus simplement sur sa proie et la tue d’une puissante morsure.

Longévité

L’espérance de vie du loup arctique est de :

  • A l’état sauvage : 10 à 15 ans environ
  • En captivité : jusqu’à 20 ans

 

Reproduction du loup arctique

Sevrage

Le louveteau commence à manger de la viande vers ses 1 mois, et est totalement indépendant vers 6 mois.

Maturité sexuelle

2 à 3 ans environ

Portée

2 à 3 louveteaux en moyenne, aveugles et sans poil, à raison d’environ 1 fois chaque année

Gestation

Environ 2 mois

Lieu de mise bas

La louve met bas dans une tanière, généralement une grotte ou une cavité rocheuse.

Période de reproduction

La saison des amours du loup arctique a lieu entre mars et avril.

 

Menaces et conservation du loup arctique

Danger d’extinction

Le loup arctique est une préoccupation mineure (LC) selon le statut de conservation de l’UICN.

Menaces

De par l’important isolement des populations de loups arctiques, très peu de dangers planent sur eux, à l’exception peut-être du réchauffement climatique.

Taille de la population

On dénombre environ 10 000 loups arctiques vivant à l’état sauvage.