Macaque japonais

Le macaque japonais, également appelé singe des neiges, est un singe de taille moyenne appartenant à la famille des cercopithécidés. En dehors de l’Homme, il est le primate vivant dans les zones les plus froides du globe. On le trouve uniquement au Japon, dans les forêts tempérées à froides et dans les montagnes. Omnivore, il se nourrit principalement de végétaux, mais également de toute sorte de petits animaux. Animaux japonais emblématiques, on les voit souvent se réchauffer dans les sources chaudes.

Malgré le réchauffement climatique, ce primate s’adapte bien aux changements de son habitat et n’est donc pas réellement menacé. Il figure pour autant sur la liste rouge des espèces menacées.

 

Classification scientifique du macaque japonais

  • Règne : Animal
  • Embranchement/sous-embranchement : Chordé vertébré
  • Classe : Mammifère placentaire
  • Ordre : Primates
  • Famille : Cercopithécidé
  • Genre : Macaca
  • Espèce : fuscata
  • Nom scientifique : Macaca fuscata

 

Sous-espèces du macaque japonais

On dénombre 2 sous-espèce de macaque japonais actuellement, selon la région où il vit. Elles sont les suivantes :

  • Macaque japonais (Macaca fuscata fuscata), que l’on trouve sur le continent japonais
  • Macaque de Yakushima (Macaca fuscata yakui), endémique de l’île de Yakushima

 

Caractéristiques physiques du macaque japonais

Taille

Hauteur :

  • Longueur : 80 à 95 cm en moyenne
  • Queue : 8 à 10 cm

Poids

  • Femelle : 8 à 10 kg (8,4 kg en moyenne)
  • Mâle : 10 à 14 kg (11,4 kg en moyenne)

Morphologie et apparence

Le macaque japonais est un singe de taille moyenne, qui possède un corps assez robuste. Sa queue est adaptée au froid : elle est très courte et ne peut donc pas geler. Ses membres assez longs et puissants lui permettent à la fois d’être habile sur terre, dans les arbres et dans l’eau. Ses petits yeux bruns jaunes sont surmontés d’une grosse arcade sourcilière, particulièrement développée chez le mâle. La face, le museau et le postérieur de ce macaque vont du rose au rouge, et sont en réalité les seuls endroits sans poils de son corps.

En effet, ce primate possède un épais pelage allant du brun au gris sur tout la partie supérieure du corps. Son ventre est quant à lui plus clair (beige blanc), et les poils y sont plus courts et moins abondants. L’épaisseur de sa fourrure varie selon la saison et les chaleurs.

 

Habitat du macaque japonais

Régions

Asie : exclusivement au Japon, à Honshu, Shikoku et Kyushu ainsi que sur l’île de Yakushima. Il est endémique de l’archipel.

Le macaque japonais est donc le singe le plus septentrional (vivant le plus au nord) de la planète.

Biotope

Le macaque japonais vit dans les différentes forêts du Japon. En effet, s’il vit majoritairement dans les forêts de feuillus et de conifères des zones montagneuses, on le trouve également dans certaines forêts chaudes plus au sud.

Évolution de son habitat

Comme partout, les forêts abritant le macaque japonais sont menacées par l’activité humaine et le réchauffement climatique. Cependant, ce singe s’habitue assez bien et n’est donc pas trop affecté par ces changements brutaux.

 

Régime alimentaire du macaque japonais

Type de régime

Omnivore, majoritairement végétarien

Nourriture

Le régime alimentaire du macaque japonais est très divers, et varie selon la période de l’année. Principalement végétarien, il se nourrit de fruits, de bourgeons, d’écorce, de fleurs, de jeunes pousses et de noix au printemps et à l’été pour faire des réserves. L’automne et l’hiver, il mange essentielle de l’herbe, des feuilles, des graines, des fougères ou des champignons.

Côté nourriture animale, le macaque japonais consomme des œufs, des poissons, des insectes, des araignées et d’autres petits invertébrés. Il lui arrive même de s’attaquer aux petits oiseaux et mammifères.

 

Mode de vie et comportement du macaque japonais

Vie sociale

Le macaque japonais est un animal extrêmement sociable, qui vit en grands groupes comportant 5 à 100 individus (10 en moyenne). Ils sont généralement composés d’individus adultes des deux sexes et de leurs petits, mais le noyau fort est principalement composé de femelles. En effet, ces groupes sont matrilinéaires : les femelles et leurs descendantes restent dans le même groupe toute leur vie. Les mâles du groupe sont quant à eux des clandestins, qui l’ont rejoint après avoir quitté le groupe qui les a vu naître.

En effet, une fois proche de la maturité sexuelle, les mâles sont chassés de leur groupe de naissance. Il arrive alors que ces mâles forment des petits groupes strictement masculins pour survivre.

Pour se rapprocher et créer des liens entre eux, les macaques japonais passent leur temps à s’épucer mutuellement. En effet, plus ceux-ci se toilettent, plus les liens entre eux sont forts. Il a également été prouvé que si un membre du groupe fait une découverte, il souhaitera directement la faire découvrir aux autres. Si il y a des combats ou des désaccords, les membres du groupe viendront immédiatement défendre leur congénère.

Au cours de la saison des amours, les mâles rougissent et leur queue se dresse. Mâles et femelles s’accouplent avec plusieurs individus pour s’assurer une descendance. La femelle décide cependant; le mâle dominant n’est donc pas le seul à se reproduire.

Une fois le petit né, la mère s’occupe de celui-ci pendant plusieurs années, jusqu’à ce que celui-ci soit indépendant. Il arrive que les mâles participent aussi à l’éducation, protégeant et portant les petits.

Comportement

Animaux diurnes, les macaque japonais vivent et se nourrissent essentiellement la journée. Ils se déplacent beaucoup, notamment pour se réchauffer.

En effet, ces macaques sont les singes vivant dans les zones les plus froides du globe. Les températures auxquelles ils sont exposées passent souvent sous la barre des -5°C. Pour se réchauffer, ils se déplacent donc régulièrement et passent surtout du temps dans les sources chaudes naturelles. Ce comportement est d’ailleurs un véritable emblème du Japon.

Pendant la nuit, ils se serrent à plusieurs pour garder une chaleur corporelle suffisamment élevée, sur les branches d’un arbre ou sur le sol. Ces macaques vivent en effet au sol mais sont aussi arboricoles et passent du temps dans les arbres à l’abri des prédateurs.

De plus, il a été prouvé que ces macaques sont dotés d’une intelligence rare. En effet, une femelle a un jour découvert que laver les aliments dans l’eau était plus facile que de simplement les brosser, et que l’eau de mer assaisonnait l’aliment (grâce au sel). Depuis, ce savoir a été transmis, et plusieurs populations de singe reproduisent ce geste.

Cri

Les macaques japonais ont recours à divers cris pour communiquer et transmettre leurs émotions.

En effet, il poussent par exemple des sortes de “coos” pour maintenir la cohésion lors du toilettage et de la recherche de nourriture, ou des petits cris pour apaiser en cas de tensions. Pour signaler un danger ou lors des combats, leurs cris ressemblent majoritairement à des hurlements, plus ou moins aigus.

Phénomène étrange : il a été découvert que les différentes populations ont développé, comme les humains, des accents différents.

Prédateurs

Les principaux prédateurs du macaque japonais sont les aigles, les coyotes et les serpents à sonnette.

Longévité

L’espérance de vie du macaque japonais est d’environ :

  • Femelles : 32 ans environ
  • Mâles : 28 ans environ

 

Reproduction du macaque japonais

Sevrage

Le petit macaque japonais n’est entièrement sevré qu’à l’âge de 18 – 24 mois.

Il descend du ventre de sa mère vers ses 4 semaines et arrête de monter sur son do vers ses 1 an. Il commence à se nourrir d’aliments solides à l’âge de 5-6 semaines et arrête de téter à 7 mois.

Maturité sexuelle

3 ans et demi en général

Nombre de petit et rythme de naissance

La femelle macaque japonais met bas à 1 petit tous les 3 ans environ.

Gestation

5 à 6 mois environ

Période de reproduction

La saison des amours du macaque japonais a lieu en automne.

Menaces et conservation du macaque japonais

Danger d’extinction

Le macaque japonais est une préoccupation mineure (LC) selon l’UICN.

Menaces

Les menaces pesant sur le macaque japonais proviennent principalement des actions de l’homme. Elles sont les suivantes :

  • Réchauffement climatique
  • Urbanisation

Ce singe est cependant très apprécié au Japon, ce qui fait qu’il est grandement protégé. Des thermes spécialement conçues pour ces singes ont par exemple été conçues par certains villes.

Populations

On dénombre environ 110 000 macaques japonais vivant à l’état sauvage.